Camping Le Rupé

Facebook Restaurant Crocobus Nimes

Actualités du restaurant Crocobus

Le chef de Croc’o Bus, c’est qui ?

Le chef, c’est Audrey !

restaurant original nimes

A 31 ans, La cuisine  ça me connaît. J’en fais depuis toute petite, j’ai tout appris en famille.

je me suis  perfectionnée sur le terrain en travaillant dans plusieurs domaines.

Grande gourmande et passionnée de cuisine depuis toujours , J’ai  toujours eu envie d’être en cuisine

Ca fait bien longtemps que les pâtisseries, les lasagnes et  la mousse au chocolat n’ont plus de secrets pour moi.

Mon péché mignon : L’odeur du chocolat qui fond au bain marie.

Mon abomination : Avoir mes petits yeux qui pleurent en épluchant les oignons.

Découvrez notre faceBook :      Facebook_icon.svg

 

restaurant nimes dans le Gard

Gard : un bus à impériale blanc reconverti en restaurant

Gard : un bus à impériale blanc reconverti en restaurant
Le bus à impériale et sa terrasse pourrait bien devenir restaurant dans le Gard. A condition de trouver un terrain où l’installer.
D. R.

Ancienne policière et passionnée de gastronomie, la Gardoise Audrey Prouveze espère concrétiser son rêve d’installer son imposant véhicule transformé en restaurant. Reste à trouver le lieu.

Prendre son repas dans un bus londonien des années 1950, c’est ce que pourrait bien proposer dans les prochaines semaines la Gardoise Audrey Prouveze. Cette dernière, habitante de Bellegarde et dont les parents habitent Mus, aimerait bien pouvoir installer son imposant véhicule transformé en salle de restaurant à deux étages. Seulement, malgré les soutiens de la chambre de métiers du Gard, du conseil départemental et l’envoi de courrier à trente-cinq mairies, elle attend une réponse positive.

Un bus acheté à Pau

Pour mener à bien son projet ambitieux, cette ancienne fonctionnaire de la police nationale à Montpellier âgée de 31 ans, passionnée de gastronomie, a donc acheté à une restauratrice paloise un bus londonien à impériale blanc des années 1950 avec une terrasse en bois. « Le bus reconverti en restaurant compte quinze places en salle à l’étage et vingt-cinq autres assises à l’extérieur, confie Audrey Prouveze. J’avais envie de changer d’orientation car en cuisine, je m’éclate vraiment au quotidien. Je voulais débuter avec un cadre atypique. J’ai craqué pour ce bus. Je proposerai de la restauration rapide mais du fait maison. J’avais vu le concept de restauration dans un bus du même genre au Cap d’Agde, ce qui m’avait beaucoup plu. »

A la recherche d’un terrain

Ce véhicule, qui n’est plus en état de circuler puisque sans moteur, demande un emplacement fixe sur un terrain communal ou privé viabilisé avec fosse septique ou tout-à-l’égout. Audrey Prouveze est prête à louer ou à acheter un terrain de 500 m² minimum proche d’un grand axe de circulation dans le Gard et, si cela ne peut pas se concrétiser, dans l’Hérault, les Bouches-du-Rhône voire le Vaucluse. Un projet qui entre bien dans la mouvance des lieux de restauration food truck (un bus à impériale devrait s’installer d’ailleurs prochainement à Nîmes) et que l’ancienne policière aimerait bien réussir à mener à bien. Mais il y a urgence puisque sa promesse de vente prendra fin d’ici la fin de l’année. Le temps presse pour réaliser son rêve.

 

Il a fait le Buzz :

MIDI LIBRE :

Visualisez l’article du Midi Libre

 

GARD Qui veut du restaurant-bus londonien d’Audrey sur sa commune ?

 

Le bus londonien-restaurant cherche un point de chute (DR)

« C’est dingue que quand on cherche à créer son entreprise, on trouve autant de portes fermées. Sincèrement, je ne le pensais pas. »

Et pourtant, voilà un mois que la jeune gardoise Audrey Prouveze cherche un point de chute pour y démarrer son projet : celui d’un restaurant dans un vrai bus londonien.

Le temps presse

« J’ai démarché 45 communes, dans le Gard, l’Hérault, les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse », affirme Audrey, originaire de Mus. Invariablement, la réponse est négative : « soit les communes disent qu’elles ont déjà suffisamment de restaurants, soit qu’elles n’ont pas de terrain municipal à louer ou à vendre. » Et la gardoise ne comprend pas ces réponses, « ce projet peut être un plus pour une commune, quelque chose de différent, complémentaire des autres restaurants. Alors quand on me dit ‘on a déjà des camions de pizzas’… je n’en fais même pas des pizzas ! » Le projet est plus orienté restauration « rapide mais traditionnelle. »

Du côté du privé et de particuliers, chou blanc aussi : « il faut également une autorisation de la mairie, et on ne peut pas le faire sur un terrain agricole », souffle Audrey, qui a besoin d’un emplacement fixe sur un terrain communal ou privé d’au moins 500 mètres carrés à louer ou à acheter, d’un terrain viabilisé ou pouvant l’être avec fosse septique ou tout à l’égout et proche d’un grand axe de circulation d’une ville ou d’un village, dans une ZAC ou une zone potentiellement exploitable pour un restaurant, sachant que le bus, déjà aménagé, n’a pas de moteur et ne roulera pas.

Audrey Prouvèze cuisine traditionnelle dans un bus resto londonien à Nimes

Audrey Prouvèze (à Droite) a cuisiné pour le dernier Téléthon dans son village

Si Audrey ne se décourage pas, elle voit se rapprocher de plus en plus dangereusement la date du 28 décembre, à laquelle elle doit avoir trouvé un terrain sous peine de voir annulé le compromis de vente du bus qu’elle a acheté à Pau. Et dans ce cas, ce serait plus qu’un compromis de vente qui capoterait, mais un vrai projet de reconversion.

« Ce serait ma première activité en entreprise, avant j’étais dans la police nationale, explique Audrey, tout juste trentenaire. Je suis passionnée de cuisine depuis toute petite, et j’ai vraiment envie de me lancer. »

NB : Audrey Prouveze est joignable au 06 09 27 24 47 ou à l’adresse suivante :audrey.prouveze@outlook.fr.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Lors de l’inauguration, ambiance assurée par le groupe de musique les boucaniers . ( découvrez leur site internet http://musicpassionlecres.wix.com/les-boucaniers )

restaurant crocobus